Guatemala

Quirigua

[1] Ensemble de monuments à trois pierres de Quirigua comprenant la Stèle A, le Zoomorph B et la Stèle C.

Des alignements structurels à trois pierres similaires à ceux trouvés à Palenque, Tikal et Teotihuacan se produisent également à Quirigua. La Stèle Triad 18 à 20 reflète des différences de taille similaires de ses monuments, la plus grande du genre à être centralisée par les deux plus petites. Ce schéma d'alignement est également évident dans le groupe de monuments à trois pierres de Quirigua, comprenant la Stèle A, Zoomorphe B et la Stèle C [1], qui présente également le même «mesurage» proportionnel que celui observé à Palenque, Chichen Itza et Teotihuacan. À Quirigua, en passant de Stèle A à Zoomorphe B (affichant des thèmes terre-tortue placés de manière appropriée près du sol), nous arrivons à Stèle C, qui comprend un enregistrement hiéroglyphique des débuts de la création, un événement de "naissance" [2] .

[2] Quirigua Stèle C, texte du côté est, montrant k'al glyphe 'lier' ou 'attacher'. Le texte est important dans son enregistrement du compte de création Maya.

Un autre complexe de trois pierres à Quirigua est formé par Zoomorph P et O (et leurs autels associés) et l'Acropole située derrière eux. Zoomorph P et autel associé P' et Zoomorph O et autel associé O' sont entourés de tranchées. Pendant les pluies, les tranchées se remplissent d'eau, faisant apparemment flotter les pierres gigantesques sur leurs propres reflets aqueux sur les eaux horizontales soutenant le monde : peut-être considérées comme formant les eaux primordiales du monde et le trône de la «pierre à eau». Le mouvement cyclique de l'eau qui coule est exprimé par les différents rôles des deux Dieux du Temps, K'awiil symbolisant la naissance de l'eau et la descente de Chaahk dans l'eau assimilée à la mort et aux offrandes de sang sacrificiel alimentant la fertilité de ses eaux (également la pluie descendante, voir Maya Dieux du Temps). Quirigua était particulièrement lié au cycle de l'eau, construit sur une plaine inondable où les pluies pouvaient causer des dégâts considérables (par exemple, à l'époque classique ; voir Sharer 1988), tout en fournissant simultanément des sols fertiles augmentant la production agricole. Dès lors, l'orchestration du symbolisme affiché par ces monuments de Quirigua semble rappeler l'énergie vitale signalée par l'arrivée des vents prometteurs de pluie, ressentie dans toute l'Amérique centrale, et relie ces pierres à un événement « chronométré » récurrent.

[3] Zoomorphe P de Quirigua avec l'Autel P' au premier plan sur lequel Chaahk est représenté en train d'entrer dans une fente en forme de T.
[4] Chaahk classique tardif représenté sur l'autel sacrificiel de Quirigua O' (identifié pour la première fois par Taube 1986 :57) tenant deux haches de pierre entourées de grands rouleaux de sang en pointillés, et émanant d'un grand en forme de T Ik' portail en forme de T; cet autel est associé à Zoomorphe O, une pierre de naissance colossale semblable au Zoomorphe P présenté ci-dessus [3]. La mort et la naissance sont donc équilibrés.

J_Quirigua 1. Détails des côtés est et ouest sculptés à la surface de Quirigua Zoomorph P [3], qui, lorsque le spectateur se déplace autour du monument (et lors de l'inversion de la tête du côté est), visualisent l'exhalation du souffle du jeune homme en animant le symbole du souffle fleuri placé immédiatement devant son nez et sa bouche pour monter et descendre. Simultanément, la gueule élaborée du reptile, d'où sort la tête, se déploie à mesure qu'elle grossit avec la respiration du jeune homme, semblant se gonfler. Notez également le mouvement des cheveux de l'homme, volant vers le haut et vers l'avant. La pierre solide du grand monument contraste ainsi avec le mouvement invisible du temps (voir Maya Gods of Time). Animation extraite et adaptée de Maudslay 1889-1902, vol. II, planche 61.

J_Quirigua 2. Détails des côtés est et ouest entourant la partie supérieure de grands grands yeux supplémentaires sculptés à la surface de Quirigua Zoomorph P [3], qui, lorsque le spectateur se déplace autour du monument, animent une figure K'awiil pour renverser le contenu d'un bol qu'il tourne à l'envers. Des parchemins liquides marqués d'ovales de jade « précieux » coulent du bol qui se double d'un grand glyphe ; le ruisseau porte un "précieux" k'an signe dans son écoulement, impliquant probablement une pluie recherchée tombant du ciel. En même temps, K'awiil ouvre sa gueule au long museau. Une fois de plus, la masse de pierre solide de Zoomorph P est comparée au mouvement invisible du temps (voir Maya Gods of Time). Animation extraite et adaptée de Maudslay 1889-1902, vol. II, planche 60.

J_Quirigua 3. Détails des côtés est et ouest entourant la partie inférieure de grands grands yeux supplémentaires sculptés sur la surface de Quirigua Zoomorph P [3], qui, lorsque le spectateur se déplace autour du grand monument, animent un autre K'awiil pour se tordre et se tordre autour d'un parchemin qui contient son corps. Dans le premier cas, K'awiil brandit un grand glyphe, probablement le marqueur négatif mi signifiant « rien » ou « zéro » et est également entouré de akb'al signes signifiant « sombre » ; puis, il s'étire pour pousser sa tête et un de ses bras hors du "cadre" de défilement et ouvre largement son long museau d'où jaillit un ruisseau marqué de LEM des logogrammes signifiant « briller », « éclairer » et peut-être aussi « éclair », ainsi que d'autres glyphes. Une interprétation très provisoire de cette animation pourrait impliquer les mouvements de K'awiil provoquant un coup de foudre qui sort de sa bouche et illumine l'obscurité qui l'a précédé. Comme dans les deux exemples précédents, les mouvements de K'awiil sont contrastés avec la sculpture en pierre solide de Zoomorph P, visant par les anciens Mayas à comparer le mouvement invisible du temps avec la stabilité de la pierre inébranlable et immobile (voir Maya Gods of Time). Animation extraite et adaptée de Maudslay 1889-1902, vol. II, planche 60.

J_Quirigua 4. Détails sculptés de chaque côté de la figure assise à l'avant de Quirigua Zoomorph P [3], qui, lorsque le spectateur se déplace autour du grand monument, animent un autre K'awiil pour saisir un réceptacle se double d'un grand glyphe contre son corps ; de gros rouleaux liquides probables s'écoulent du réceptacle (voir ci-dessus J_Quirigua 2). Simultanément, K'awiil bouge ses jambes et ouvre la bouche. Comme le montrent les trois exemples précédents, les mouvements de K'awiil sont comparés à la masse de pierre solide dans laquelle Zoomorph P est sculpté, juxtaposant ainsi le mouvement invisible du temps avec la stabilité de la pierre immobile (voir Maya Gods of Time). Animation extraite et adaptée de Maudslay 1889-1902, vol. II, planche 64.

Quirigua Stela D, texte hiéroglyphique du côté ouest, montrant les glyphes 4-5.

Alors que le spectateur fait défiler la colonne hiéroglyphique pour lire son texte, la divinité à crocs à gauche, serrant une bête surnaturelle reptilienne, se lève d'une position couchée à une position assise droite.

Il est fort possible que la créature que la divinité tient, simultanément, se transforme, sa gueule à bec encore visible et désormais tournée vers la gauche du spectateur.

Dessins et animations ci-dessus extraits et adaptés de Maudslay 1889-1902, vol. II, planche 26.

Orange

[1] Vase polychrome de style Holmul de la fin de la période classique, animant sur une rotation du vase l'interaction entre le Maize God (Dieu du Maïs) et un gardien nain. La Séquence Standard Primaire (PSS) sur le bord du vase indique le début de la séquence animée. La posture du Maize God reste statique, son seul mouvement étant de soulever sa main gauche auparavant molle - apparemment pour reconnaître le nain, dont le cadre est montré pour "grossir" ou "engraisser" en trois étapesD'après Reents-Budet 1994: 63, figure 2.31.

Une série de beaux vases cylindriques polychromes proviennent de Naranjo. Ils ont été peints par l'artiste royal Aj Maxam, dont nous connaissons le nom en signant ses œuvres en incluant son titre dans les bandes de texte hiéroglyphiques (PSS [Primary Standard Sequence]) qui tournent autour des bords du vase. 

Le placement régulier de la composition «trois» sur des formes circulaires, comme le positionnement de pieds ou de poignées de trépied en céramique, a presque certainement été obtenu en étirant une corde sur le diamètre du vaisseau en céramique. Une fois triplé, le cordon s’étire presque exactement autour de la circonférence des vaisseaux. Le phénomène est lié au concept mathématique de pi (π), où la circonférence divisée par le diamètre d'un cercle est 3.1415 (nous avons arrondi ce nombre infini à quatre décimales). 

Il est fort probable que les anciens artistes mayas ont appliqué cette loi pour obtenir le bon espacement des scènes entourant la céramique ou le placement de supports et de poignées de trépied. Par exemple, il est presque certain que l'artiste royal Aj Maxam a "mesuré" les trois scènes de son vase Dancing Maize God (Dieu de Maïs Dansant) à l'aide d'un gabarit en papier de base avant de commencer le travail [1]. Autrement, il aurait été pratiquement impossible de peindre les trois scènes avec une précision sans pareil autour de l'extérieur circulaire du grand vase. Par la suite, en modifiant des parties choisies du modèle, Aj Maxam a pu transmettre une animation et donner vie à son travail. De même, les tailleurs de pierre et les artistes auraient planifié et mesuré des séquences de linteaux de triptyques, de stèles et d'autels.

Céramiques

Animation de la figure de niveau supérieur.
Animation de la figure de niveau inférieur.

J_Naranjo 1

Détails d'un vase de la fin de la période classique, connu actuellement sous le nom de Vase of the Seven Gods (Vase des Sept Dieux), situé dans les environs de Naranjo, formant un récit animé de la création.

L'artiste du vase, Aj Maxam, dépeint la performance de deux divinités, GI et GIII, telles qu'elles se manifestent dans les ténèbres primordiales. Aj Maxam a utilisé la convention visuelle maya de « trois » pour animer la scène. Pour comprendre le devenir au sein de la scène, nous devons voir l'invisible en nous concentrant sur les éléments qui changent dans chaque représentation séquentielle. Par exemple, en regardant le mouvement de balayage varié des gestes de la main des deux divinités, nous remarquons comment la divinité supérieure déplace sa main gauche du repos sur son épaule droite dans la première représentation, à son bras droit mi-supérieur dans la seconde, avant venir l'appuyer sur le coude de son bras droit. Dans la troisième visualisation, son bras droit se tend, complètement étendu, pour placer sa main sur la pierre devant lui. Voir Maya Gods of Time pour une discussion approfondie du symbolisme affiché sur ce vase.

Animations extraites et adaptées de Robicsek et Hales 1981 :244, fig. 87a.

Détails de fusion oiseau-fleur qui animent un oiseau pour qu'il "survole" la surface d'une céramique.

J_Naranjo 2

Détails inversés d'un vase maya de l'époque classique peint par l'artiste Aj Maxam animant des groupes de fusion triadiques oiseau-fleur pour «voler» vers le haut et à la surface du vase; des fleurs d'oiseaux similaires sont présentes sur des vaisseaux polychromes également ailleurs.

Animation extraite et adaptée de Reents-Budet 1994: 159, figure 4.50.

J_Naranjo 3

Vase maya de l'époque classique peint par l'artiste Aj Maxam représentant des groupes de fleurs triadiques qui s'animent lors du retournement du vase pour «voler» sur sa surface; ailleurs, des fleurs similaires se métamorphosent en fusions fleurs-oiseaux (voir ci-dessus).

Animation extraite et adaptée de Reents-Budet 1994: 61, figure 2.30.

Chama

Céramiques


J_Chama 1. Détails d'un vase polychrome de la fin de la période classique peint dans le style chama; le vase original montre la bande distincte en chevrons encadrant une scène de palais en haut et en bas. La bande géométrique en chevrons encourage la rotation du vaisseau en suivant les points de la flèche dans le sens des aiguilles d'une montre, ce qui incite l'assistant à se prosterner devant le souverain intronisé.

Consulté à l'adresse http://www.metmuseum.org/art/collection/search/31866, June 2019. Avec l'aimable autorisation de Metropolitan Museum of Art; cadeau de Charles et Valérie Diker, 1999.

J_Chama 2

Vase polychrome de l'époque classique animant, lors de la rotation, une bête jaguar, avec des bois de cerf, assise pour se redresser et changer la position de ses mains. Simultanément, la tête de la bête rétrécit lorsqu'elle exhale un grand rouleau de discours ou de souffle rouge, comme pressée de tout son air, et un grand rouleau bifurqué rouge apparaît attaché au bout de sa queue; un rouleau de parole probable, il se connecte aux mots écrits représentés sur le vase original qui court dans une bande de glyphes autour du bord du vase, articulant éventuellement les paroles de la bête.

Un trois groupe de points marquant l'oreille jaguar de la bête rappelle au spectateur la notion maya de temps en trois parties conduisant le mouvement physique et oral de la bête.

Une bande géométrique en chevrons encadrant la scène en haut et en bas du vase original, typique des vaisseaux chama, encourage la rotation du vaisseau en suivant les points 'fléchés' dans le sens des aiguilles d'une montre.

Animation extraite et adaptée de Kerr 2000: 395, no. de fichier 3231.

Tikal

[1] Autel de Tikal, de l'époque classique, orné de quatre figures de Dieu N sculptées sur son flanc, offrant des vaisseaux au-dessus de la tête, Acropole Nord, Grande Place. Les personnages de la divinité soulèvent les vaisseaux pour les positionner de manière à capter métaphoriquement tout le sang versé des sacrifices sur le bord de l'autel. Les trois points situés sous le vaisseau rappellent le rôle essentiel joué par le temps pour garantir les sacrifices menant au renouvellement cyclique.

À Tikal, la Grand Plaza abritait autrefois un complexe de trois pierres qui devait être l'un des exemples les plus impressionnants de structures en pierre triadiques dédiées au temps dans le monde maya. Malheureusement, cependant, une partie de la plus grande « pierre », c'est-à-dire toute l'Acropole Nord, a été détruite lorsque les archéologues ont creusé trop de tranchées dans la structure, provoquant un effondrement partiel (voir Coe 1965, fig. aux pp. 28-29). L'Acropole Nord longe tout le bord nord de la Grande Place, avec le Temple I à l'est et le Temple II à ses côtés ouest. Ensemble, ces structures forment un complexe de pierre en trois parties, la plus grande, l'Acropole Nord, formée d'une série d'édifices construits pour ressembler à une ruche complexe de structures voûtées, les unes sur les autres, comme un nid d'abeilles. La reconstruction constante des structures, menée pendant plus de mille ans, construites et reconstruites sur une seule plate-forme, est liée au rôle symbolique de la structure, en tant que pierre centrale et plus grande du temps, liée à la croissance. De plus, l'Acropole du Nord abritait autrefois trois temples s'élevant comme des tours, imitant les trois éléments « Jester » dépassant de la coiffe de la divinité associée à la plus grande « pierre » du temps, Ux Yop Huun, pour mettre littéralement en valeur la « croissance » du royaume. au fur et à mesure qu'il s'est développé Covid-XNUMX.

Le lien suivant vous amène au site Web www.artsandculture.google.com, une collaboration du British Museum et de Google Art & Culture, qui propose une visite virtuelle de Tikal à partir du sommet de ce grand complexe de trois pierres.

Malheureusement, les animations que ces temples abritaient ont maintenant été en grande partie perdues. Au sommet des escaliers, les sanctuaires du temple se vantaient autrefois de magnifiques linteaux en bois sculptés; compte tenu des tendances observées ailleurs, il est fort probable que marcher et monter et descendre les escaliers de ces trois temples Tikal aurait activé une animation enregistrée sur ces linteaux. Les linteaux ont en grande partie péri car ils étaient en bois; les restes fragmentaires du Linteau 3, qui jadis couvraient la porte de la chambre arrière du Temple IV, ont été transférés au musée de Völkerkunde à Bâle, en Suisse, au cours du siècle dernier. 

[2] Détail d'os incisés de Tikal Burial 116 de la fin de la période classique, montrant le Paddler Pair (Couple Rameurs) ramant le Maize God (Dieu du Maïs) dans et hors des eaux du monde souterrain; les lignes d'incision étaient soulignées avec de la peinture rouge. Le flux de l'eau invisible soutient les trois canöes. D'après Schele et Miller 1986: 270, figure VII.1.
[3] Plat trépied Tikal de la fin de la période classique présentant trois oiseaux tournant autour de trois "pierres"; l'extérieur du bol tripode affiche également des groupes de trois points, un rappel au temps en trois parties maya. Exposé au Musée National d'Archéologie et de Documentation, Guatemala City.

Céramiques

Détails d'une danseuse animée pour se déplacer, lors d'une rotation du vase, d'une position debout à une position agenouillée.

J_Tikal 1

Vase polychrome de Tikal de la fin de la période classique, animant une silhouette d'élite se mettant à danser pour s'agenouiller devant un roi intronisé. Le vase représente deux danseurs: l'un, tenant un grand bol blanc, se tient à la droite du souverain trônant (vue du vase 1 ci-dessus) et tourne le dos à un individu jouant d'un grand tambour. Le batteur est observé de près par la première représentation du deuxième danseur (vue du vase 2 ci-dessus) représenté trois fois. La seconde représentation de ce danseur le montre se retournant (vue 3), puis à genoux (vue 4) devant le seigneur (vues 5 et 6), tout en décalant légèrement la position de ses bras.

Exposé au Musée National d'Archéologie et de Documentation, Guatemala City.

Uaxactun

[1] Observatoire solaire à trois pierres de la période Maya Classic à Uaxactun, Early Classic Group E.

Uaxactun possède un observatoire solaire considéré comme le plus précis du monde maya (Early Classic Group E [1]) ; il permettait aux Mayas de tracer le mouvement du soleil par rapport à l'horizon. L'interaction entre le soleil et l'horizon a été observée grâce à l'utilisation de trois points ou « marqueurs » (indiqués par les flèches blanches sur la photo) ; trois structures de pierre qui reliaient trois (structures de pierre) au temps à travers le mouvement du soleil et le rythme temporel de l'année. Les « pierres » géantes de chronométrage révèlent comment les Mayas considéraient le temps comme responsable du déplacement du soleil entre ces trois points et sa structure en trois parties. Le même rythme en trois parties structurait leurs métaphores du jour, de l'année et du « temps » de la vie maya, comme les hommes qui travaillaient les champs, peinant sous le soleil (voir Maya Gods of Time).

Céramiques

[1] Vase incisé des environs de Uaxactun. Ses trois cartouches ovales empilés verticalement affichent le profil d'un singe, laissant apparaître de légères variations pour transmettre une animation; par exemple, les lignes de cheveux à droite du spectateur augmentent de un, deux ou trois (surlignés en bleu). Collection privée Uaxactun.

Uxmal

[1] Période classique, têtes de Time God (Dieu de Temps) empilées en triple empilant les façades du Couvent d'Uxmal.

La notion maya de "temps comme trois" et sa construction en trois parties ont été clairement incorporées dans le nom d'Uxmal, traduisant littéralement par "Three-Times Built" ('Trois-Fois-Construite'), ou, comme nous le suggérons, "Time Built" ('Construite-de-Temps'), en rapport avec les multiples dieux empilés en trois ornant les façades des bâtiments sur le site [1]. 

Les cours fermées en pierre d'Uxmal formaient très probablement des espaces symboliques et échos. Se tenir dans la cour et applaudir crée des échos réverbérants, reliant directement le bruit des applaudissements au temps et à la vitesse à laquelle le son se propage, rebondissant sur les murs de pierre solides environnants. Nous pensons que ces échos, en tant que répétitions de sons, se connectent aux têtes de divinité répétées qui décorent les murs de la structure à travers le site [2]. Les têtes sculptées se rapportent aux dieux du temps et au son, affichant des nez retroussés formant une caractéristique d'identification à la fois de Chaahk et de K'awiil. Réparties rythmiquement, ces divinités se font écho symboliquement en diagonale à travers les murs de la structure, rebondissant apparemment sur les murs opposés.

[2] Coin de la structure de la période classique du Couvent Uxmal affichant trois têtes de Dieu du Temps. De telles têtes du Dieu du Temps triptyques sont incorporés dans le symbolisme affiché par les structures partout dans le site, où ils rappellent au spectateur de temps maya en trois parties.

San Bartolo

Peintures murales

J_San Bartolo 1. Détails de la fresque murale San Bartolo de la fin de l'époque préclassique, mur ouest de Las Pinturas Sub-1, animant la Principal Bird Deity (Divinité Principale Oiseaux) descendant du ciel pour se poser sur une gourde. Animation extraite et adaptée de Chinchilla Mazariegos 2017: 156, figure 74.
Les détails de la figure animée pour marcher lorsque le spectateur passe devant la murale.

J_San Bartolo 2

Détails de la fresque murale de style préclassique tardif de San Bartolo Mur Nord, animée à porter de ballots de feu. Les trois personnages à la peinture de corps noir, lorsqu'ils sont considérés ensemble, constituent une animation en marchant par 'trois', de droite à gauche; au début, ils supportent de paquets allumées sur la tête. Masquées, ces figures s'approchent d'une divinité debout à l'extrême gauche, où le troisième s'agenouille pour soutenir une plante ressemblant à une gourde sur sa tête. Il est maintenant démasqué et se tourne pour converser avec la divinité se tenant devant lui. Notez les trois oiseaux tisserands entourant un nid en forme de goutte, à l'extrême gauche du spectateur, animant le vol dynamique d'un seul oiseau en trois étapes et tournant également de manière circulaire.

Dessin et animation extraits et adaptés d'une aquarelle de Hirst (2003) exposée au Museo Popol Vuh, Guatemala City.

Tiquisate

Céramiques

J_Tiquisat 1

Vase cylindrique noir incisé qui, en rotation dans les mains du spectateur, anime un singe dansant afin de verrouiller ses bras levés au-dessus de sa tête.

Animation extraite et adaptée de Reents-Budet 1994: 240, figure 5.5.

Ucanal

Céramiques

J_Ucanal 1

Détail d'un vase à oiseaux de style Holmul d'Ucanal de l'époque classique représentant un cormoran ouvrant son bec en trois étapes pour animer son cri. Le cormoran plane au-dessus de symboles d'eau empilés entourant une grande coquille (représentée sur le vase d'origine), ce qui en précise l'emplacement.

Animation extraite et adaptée de Reents-Budet 1993: 246, figure 6.13.

Ixtuts

Céramiques

[1] Vase d'Ixtuts de la fin de l'époque classique montrant deux individus lors d'une cérémonie de consommation de cacao. Lorsque le vase est tourné dans les mains du spectateur, deux scènes peintes sur sa surface articulent le mouvement impliqué dans les figures préparant la boisson; dans la deuxième scène, le bâtonnet de cacao moussant a été placé dans le grand vase, ce qui a amené le personnage de droite à ouvrir la bouche en prévision de la dégustation imminente de la boisson. Exposé au Musée Régional du Sureste de Petén, Dolores, Guatemala.

Xultun

Céramiques

J_Xultun 1

Vase Maya polychrome de l'époque classique qui, en se retournant, anime deux insectes humanoïdes à voler, l'un au dessus de l'autre. Les créatures présentent une tête ressemblant à un squelette, des mains et des pieds d’homme, de grandes ailes et un abdomen d’insecte; ils portent des colliers oculaires, éventuellement marquant également leurs têtes et leurs ailes, et émettent de grands rouleaux d'air de la bouche et de l'arrière, probablement une haleine et des flatulences. 

Animation extraite et adaptée de Kerr 2000: 1012, no. de fichier 8007.